Telle la tombe d'Allan Kardec au Père Lachaise, la sépulture de Nizier Anthelme Philippe, dit Maître Philippe, attire à Lyon de fervents pélerins

 

A l'instar de Papus, le mage du Tout-Paris de la Belle Epoque, et Hippolyte-Léon Rivail, alias Allan Kardec né à Lyon en 1804, Maître Philippe est toujours vénéré. Mais si le long inventaire de ses guérisons miraculeuses paraissait s'être un peu estompé dans les mémoires, il semblerait que depuis quelques années, la vie du mage suscite une abondante littérature. Des films aussi. Des photographies sont rassemblées. Des forums lui sont consacrés. "Depuis quelques années, des lettres et des témoignages nous arrivent d'un peu partout sur la "présence" physique du maître à nos côtés, sur sa réincarnation..." rapporte le site Sciences et magie.com.

La présence d’ex-votos sur sa tombe non loin de la Basilique de Fourvière, sur le plateau, au cimetière de Loyasse, témoigne de la croyance toujours active en ses prodiges.

 

 

Les témoins des miracles

 

Nizier Anthelme Philippe naquit en Savoie en 1849. A treize ans, un oncle boucher le prit en apprentissage. L'oncle s'étant coupé le pouce d'un coup de machette, Nizier s'absorba dans la prière, et le doigt blessé cicatrisa et se ressouda en quelques instants, provoquant la surprise des médecins de l'hôpital. Le bouche à oreille fit le reste, et au cours des années suivantes, Nizier s'employa à soigner le voisinage.

 

En 1872, Nizier Anthelme Philippe ouvrit son premier cabinet de consultations dans le 6e arrondissement de Lyon, où les malades vinrent aussitôt le consulter en grand nombre. Cependant, Anthelme Philippe suivait les cours de la Faculté de Médecine de Lyon en auditeur libre.

 

Le Dr Lalande, gendre du thaumaturge, membre de l'Institut, raconte dans ses souvenirs : "Maître Philippe fréquenta les hôpitaux de Lyon, très aimé des uns, détesté des autres. Il consolait les malades et demandait quelquefois aux médecins de ne pas les opérer. Parfois, les malades se trouvaient guéris avant la date de l'opération."

 

Des maux et des couleurs

 

Plusieurs de ses patients devinrent ses disciples et soignèrent à leur tour par des procédés similaires : Philippe Collin rapporte dans un livre publié en 2006, au Mercure Dauphinois, comment Jean Chapas originaire de l'Arbresle, fut à l'âge de sept ans, ramené à la vie par Maître Philippe, alors que l'enfant venait de "décéder d'une méningite foudroyante".

Jean Chapas devint par la suite le plus cher fidèle d'Anthelme Philippe.

On ne peut douter que Maître Philippe fût un magnétiseur hors pair. A l'heure actuelle, si cette activité n'est pas reconnue par la médecine traditionnelle, certaines structures hospitalières, tel le CHU de Clermond-Ferrand, font cependant appel à des personnes traitant par l'imposition des mains les maux de surface.

Et plus d'un français sur trois se tourne régulièrement vers les médecines naturelles.

 

"Les sept notes de musique correspondent aux sept couleurs : rouge, orangé, jaune, vert, bleu, indigo, violet." disait maître Philippe. "Les sons comme la lumière sont formés de couleurs qui ont une grande influence sur l'organisme.

 

Plus tard, on arrivera à reconnaître par les sons les maladies, et à savoir quel son correspondant à quelle couleur, il faudra employer pour les guérir.

Ce sera bien simple."

 

Lire aussi Qu'est-ce qu'un médium ? L'arbre et la mort, réincarnation et immortalité, vie éternelle La communauté du Sud (True Blood) de C.Harris

 

 

Guérisons et Voyances

 

Maître Philippe épousa en 1877, Jeanne Landar, une de ses riches consultantes qu'il guérit, alors que la médecine la condamnait, et cette nouvelle aisance lui permit de poursuivre gratuitement ses consultations. Maître Philippe fut appelé à la cour des grands de ce monde, tsars de Russie et bey de Tunis, soigna nombre de gens célèbres, toujours en se référant à la foi chrétienne. Gérard Encausse, dit Papus, Serge Alexis Piridov, sous la plume de Marc Sweizer, rapportent certains prodiges comme lorsque "Maître Philippe, à la demande du Tsar Nicolas II, réussit à calmer le vent qui soufflait en tempête" menaçant le yacht à bord duquels ils avaient pris place, et d'étonnantes voyances et prédictions de Maître Philippe, concernant la chute de l'empire russe et le massacre de la famille impériale.

 

 

Promenade des souvenirs

 

Au cimetière de Loyasse reposent les célébrités lyonnaises : Paul Chenavard, Edouard Herriot, Antoine Gailleton, maires de Lyon. On peut se recueillir devant le monument élevé à la mémoire des victimes du glissement de terrain qui se produisit le 13 novembre 1930 sur la colline de Fourvière : on dénombra 40 victimes, dont 19 sapeurs pompiers. Auprès du tombeau des "33 jouteurs ayant fait serment de ne jamais se séparer", devant la sépulture des parents de Frédéric Ozanam, ou dans le cimetière des prêtres aux étonnants mausolées, temples et pyramides égyptiens. L'Office de Tourisme de Lyon dirige sur demande, la visite de ces lieux chargés de beauté mélancolique et de mystères.

 

François Brousse, professeur de philosophie et poète, alors qu'il est invité en 1987 par l'association "Voile et Lumière" à s'exprimer sur l'unité des religions, se rend sur la tombe de Maître Philippe, car il lui a consacré une série de conférences en 1981. Plus tard, François Brousse déclara avoir vu, pendant que les participants se recueillaient en pensées dirigées vers Maître Philippe, "une boule d'or d'où jaillissaient une multitude de bras d'or terminés par des mains, se posant sur la tête de chacune des personnes présentes en signe de bénédiction.

 

" Maître Philippe s'éteignit le 5 août 1905, et repose auprès de son épouse Jeanne, décédée en 1939, et de leurs deux enfants, Albert, décédé à trois mois, et Victoire, l'épouse du Dr Lalande, décédée à 25 ans, en 1904.

La tombe se trouve au fond de l'allée centrale et formerait "Le triangle mystique de Loyasse" avec la sépulture de son disciple Jean Chapas, et celle de Jean-Baptiste Willermoz, qui introduisit la Franc-maçonnerie à Lyon au XVIIIe siècle.

 

Annie Gomiéro. Les miracles de Maître Philippe de Lyon

 

 

http://esoterisme.suite101.fr/article.cfm/les-miracles-de-maitre-philippe-de-lyon#ixzz16H7GQMtr 

Retour à l'accueil