http://mondesfrancophones.com/wp-content/uploads/2008/11/la-pensee-du-coeur24.jpg

 

 

 

La pensée est une partie, un élément de la conscience.

Elle représente seulement un outil, un instrument mais elle n’illumine pas car elle n’est ni la source, ni le but.

 

Elle n’est qu’une courroie de transmission qui génère le savoir alors que la connaissance intuitive, fruit de la pure conscience, exprime l’essence même de la vie.

 

Elle nourrit notre intellect et ce n’est pas tant de l’intellect dont nous avons besoin, mais plutôt de l’inspiration et de l’intuition, cette sorte de compréhension directe que l’on nomme créativité.

 

 

La conscience est sans limite, elle n’est ni construction, ni théorie, ni langage, ni mot.

 

Elle est l’être permanent. La pensée nous emprisonne si nous n’y faisons pas garde.

 

Elle peut même constituer un filtre puissant, voir un mur…

 

Alors sortons de nos concepts, de nos avis péremptoires, de nos catégories et classements en tout genre.

 

Ne cherchons pas à comprendre les choses, vivons les simplement.

 

C’est l’expérience seule, le vécu qui doit couler dans nos veines.

La vie, les autres sont un formidable apprentissage et pour apprendre laissons notre conscience s’ouvrir sans limitation car les limitations causent des blocages, des freins et avec les limitations viennent les peurs.

Quand les peurs sont là, il y a stagnation, paralysie et alors le flot, la relation est coupée et meurt.

 

Difficile d’exprimer avec des mots ce que l’on ressent surtout dans un domaine qui est finalement impalpable mais terriblement présent.


 

 

http://lestextesdeclara.com/boutons/093_clara.gif

Retour à l'accueil