La rumeur ouvre ses ailes

Elle s'envole à travers nous

C'est une fausse nouvelle

Mais si belle, après tout

 

Elle se propage à voix basse

À la messe et à midi

Entre l'église et les glaces

Entre confesse et confit

 

La rumeur a des antennes

Elle se nourrit de cancans

Elle est bavarde et hautaine

Et grandit avec le temps

 

C'est un arbre sans racines

À la sève de venin

Avec des feuilles d'épines

Et des pommes à pépins

 

Ça occupe, ça converse

Ça nourrit la controverse

Ça pimente les passions

Le sel des conversations...

 

La rumeur est un microbe

Qui se transmet par la voix

Se déguise sous la robe

De la vertu d'autrefois

 

La parole était d'argent

Mais la rumeur est de plomb

Elle s'écoule, elle s'étend

Elle s'étale, elle se répand

 

C'est du miel, c'est du fiel

On la croit tombée du ciel   """ accusation  du bon Dieu """

 

 

Jamais nul ne saura

Qui la lance et qui la croit...

 

C'est bien plus fort qu'un mensonge

Ça grossit comme une éponge

Plus c'est faux, plus c'est vrai

Plus c'est gros et plus ça plaît

 

Calomnie, plus on nie

Plus elle enfle se réjouit

Démentir, protester,

C'est encore la propager

Elle peut tuer sans raison

Sans coupable et sans prison

Sans procès ni procession

Sans fusil ni munitions...

 

C'est une arme redoutable

Implacable, impalpable

Adversaire invulnérable

C'est du vent, c'est du sable

 

Elle rôde autour de la table

Nous amuse ou nous accable

C'est selon qu'il s'agit

De quiconque ou d'un ami

 

Un jour elle a disparu

Tout d'un coup, dans les rues

Comme elle était apparue

À tous ceux qui l'avaient crue...

 

La rumeur qui s'est tue

Ne reviendra jamais plus

Dans un cœur, la rancœur

Ne s'en ira pas non plus.

LA RUMEUR
LA RUMEUR
Retour à l'accueil