http://sweetrandomscience.blogspot.fr/2013/07/la-trilogie-meteorologique-episode-1-la_6.html

http://sweetrandomscience.blogspot.fr/2013/07/la-trilogie-meteorologique-episode-1-la_6.html

Il était une fois un arc-en-ciel qui voulait entrer dans le coeur des gens.

 

 Il trouvait que le coeur des gens était terne et triste et il avait envie de mettre plein de couleurs dedans ; mais chaque fois qu'il voulait s'approcher, il trouvait porte close. Tous les coeurs qu'il rencontrait étaient fermés à double tour. Et plus les coeurs étaient fermés, plus il insistait. Et plus il insistait, plus les coeurs se fermaient. Il déploya ainsi longtemps son énergie à vouloir forcer le coeur des gens, au point de se retrouver épuisé, au point de ternir ses propres couleurs. Il se demandait si les gens ne voulaient surtout rien recevoir de peur de devoir donner. Peut-être ne sont-ils pas prêts à recevoir ; peut-être ne sont-ils pas prêts à donner, se disait-il.

 

 Quand il s'en retourna au pays des arcs-en-ciel, découragé et triste, ses pensées encore tournées vers tous ces gens fermés à l'amour des couleurs et aux couleurs de l'amour, il croisa ce qui lui sembla être les restes d'un arc-en-ciel ; ce dernier, en effet, était tout délavé, tout pâle, bref, il avait une bien mauvaise mine. Celui-ci lui raconta alors que l'envie lui était venue, à lui aussi, d'aller dans le coeur des gens, et qu'il en était revenu dans cet état-là, vidé de ses couleurs, vidé de ses forces. C'était comme s'il avait traversé le plus effroyable des orages.

 

 Il raconta que les coeurs qu'il avait visités avaient bien accueilli son idée de partage des couleurs, mais qu'en fait, l'idée de partage ne leur suffisait pas, ils voulaient tout prendre, ils en voulaient encore des couleurs, et ils en voulaient d'autres, ils voulaient toutes les couleurs, même celles qui étaient vitales pour l'arc-en-ciel. Et à donner sans compter, l'arc-en-ciel avait fini par mettre sa propre vie en danger et il avait dû fuir ces coeurs-là pour aller se refaire une santé dans le pays des arcs-en-ciel.

 

 Et les deux arcs-en-ciel se racontèrent ainsi leur excursion dans le monde du coeur des gens et l'expérience que, chacun à sa manière, ils avaient vécue. Et ils se racontèrent leur vie, surpris de ne s'être pas rencontrés plus tôt dans le pays des arcs-en-ciel. Il faut dire que le pays des arcs-en-ciel est très grand.

 

 Et après avoir longuement partagé leur ressenti au contact de certains coeurs humains, les deux arcs-en-ciel arrivèrent à la conclusion que c'était orgueilleux de leur part que de vouloir mettre leurs couleurs dans le coeur des gens, qu'il était plus humble, quoique difficile, de laisser chaque coeur humain créer, à son rythme, ses propres couleurs.

 

C'est ainsi que les deux arcs-en-ciel renoncèrent à leur désir de mettre des couleurs dans le coeur des gens et ne s'occupèrent plus, dans le pays merveilleux des arcs-en-ciel, et non sans une pensée et une prière pour leurs frères humains, que de maintenir leurs propres couleurs dans leur plus bel éclat.

 

Patricia Belardinelli

 

Luxembourg, novembre 1997

Retour à l'accueil